Bismillah. Dans les années 90, les musulmans ne se posaient pas de question sur l’écoles de leurs enfants et les inscrivaient en grande majorité à l’école publique du secteur. Et, souvent tout se passait bien. Aujourd’hui, beaucoup de choses ont changés. Ces enfants, devenus parents se posent de plus en plus la question sur le choix de l’école de leurs enfants.

L’école publique n’est plus ce qu’elle était. Les musulmans cherchent alors  d’autres solutions pour instruire au mieux leurs progénitures. Je vais dans un premier temps exposer les différentes solutions qui s’offrent à nous et montrer pour chacune, les avantages et les inconvénients. Je vais ensuite, constater ce qu’est devenu l’école publique, puis je vais analyser l’alternative de l’école à la maison et enfin les différentes écoles privées (écoles alternatives, catholiques ou musulmanes).

L’école publique

Les principaux avantages des écoles publiques sont la proximité du domicile, la gratuité de l’enseignement, et les frais de cantine et de garderie moins chère que dans le privé. Pourtant malgré ses avantages non négligeable, beaucoup de parents cherchent une autre solution pour donner un enseignement à leurs enfants.

Les raisons de ce désintérêt pour l’école publique sont :

  • la contradiction avec les valeurs inculquées
  • le sentiment d’exclusion
  • l’exagération de la laïcité
  • les classes surchargées
  • les problèmes de discipline
  • la baisse du niveau scolaire
  • le manque de moyens
  • les enseignants démotivés

Cela dit, l’école publique n’est pas la seule responsable. Les parents ont également une grande part de responsabilité dans l’enseignement et le niveau scolaire de leurs enfants. Enfin,  toutes les écoles publiques ne sont pas à blâmer, il y a de bons établissement, si on fait abstraction des valeurs inculquées.

child-830988_1280

Les écoles privées

Les écoles alternatives

Ce sont des établissements qui proposent une pédagogie différente de celle enseignée dans les écoles classiques. Pour simplifier, avec une pédagogie classique, les élèves sont assis devant un tableau noir et écoute l’instituteur. Avec un apprentissage alternatif, les enfants sont autonomes, ils choisissent eux-mêmes leurs activités et travaillent à leurs rythmes. L’important n’est pas d’avoir une bonne note, mais d’acquérir des savoirs en expérimentant par soi même. La plus répandue de ces pédagogies, est celle de Maria Montessori. Il en existe d’autres, moins nombreuses, comme les écoles Steiner, Freinet ou plan d’Iéna.

L’avantage est que chaque enfant va se sentir important, et avancera selon ses capacités et non selon son âge. Contrairement aux école classique, où seuls les élèves qui ont une intelligence linguistique ou logico-mathématique  peuvent réussir. Ici, les autres formes d’intelligence sont acceptées et soutenues.

Les frais de scolarité élevés sont les principaux inconvénients.  Ce sont souvent des écoles hors contrat, et les frais de scolarité sont de 3000 à 5000 euros par an, pour la maternelle (hors garderie et cantine). Mais certaines écoles proposent des tarifs plus attractifs, en fonction du quotient familial, d’autres des crédits d’impôts allant jusqu’à 50 % des frais de scolarité.

geometric-solids-170377_1280

Les écoles catholiques

Les écoles catholiques sont en principe, sous contrat avec l’état. L’enseignement religieux est facultatif. Elles sont présentes dans toutes les villes. L’avantage par rapport au public, et qu’elles donnent un meilleur encadrement, une meilleure discipline, une éducation plus proche de nos valeurs. Cependant, elles n’ont pas toutes le même fonctionnement, et la religion catholique est plus présente dans certaines que dans d’autres.

Le principal inconvénient est que l’enfant apprendra indirectement des notions qui sont en contradiction avec notre religion.

Les écoles musulmanes

En général, ces écoles proposent un enseignement respectant le programme de l’éducation nationale et les enseignants ont, au moins le niveau CAPES. Le but est de passer en école sous contrat au bout de 5 ans d’exercices. Ce qui leur permettra d’être subventionnées est de réduire les frais de scolarité. Ces écoles proposent souvent un enseignement inspiré par la pédagogie Montessori, elles sont bilingues (français/arabe), parfois trilingue(français/arabe/anglais). Elles donnent une éducation respectant les valeurs de l’Islam. L’enfant apprend tôt l’arabe et le coran. Elles fonctionnent souvent sur un mode associatif. Les instituteurs sont impliqués dans leurs rôles d’éducateurs.

Le gros inconvénients de ces écoles, c’est qu’elles son encore peu  nombreuses en France. La plupart de ces écoles sont hors contrat,  et de ce fait, les frais de scolarité peuvent être élevés.

girl-80327_1280

L’école à la maison

De plus en plus de familles musulmanes ont recours à ce choix, afin de donner à leurs enfants un enseignement adapté à leurs valeurs. Les enfants scolarisés à la maison, peuvent utiliser des cours par correspondance, des livres ou ne pas suivre de programme. Il n’y a pas d’obligation à suivre le programme de l’éducation nationale à la lettre. Mais l’inspecteur d’académie vérifie la progression des acquis de l’enfant. Les familles qui choisissent l’école à la maison ont le droit aux prestations familiales mais pas à l’allocation de rentrée scolaire. L’école à la maison est facile à mettre en place et il est possible de rescolarisées l’enfant plus tard. Cependant, il doit être en contact avec d’autres enfants de son âge pour son épanouissement. Aussi, il peut être intéressant d’organiser des rencontres et des sorties de façon régulière entre enfants instruis en famille.

L’école publique n’est plus adaptée à une éducation bienveillante de nos enfants. Aussi chaque parent fait un choix selon ce qu’il a envie d’inculquer à ses enfants et selon ses moyens financiers. Il important de prendre le temps de bien sélectionner l’établissement dans laquelle son enfant passera une grande partie de sa journée.  Aussi, pour faire ce choix, nous devons au préalable discuter avec des parents ayant leurs enfants dans cet établissement, mais aussi avec les responsables et les enseignants, et faire une prière de la consultation.

Pour moi, la meilleure solution reste l’école privée musulmane, mais devant la multiplication de projets dans une même ville, je suis parfois sceptique pour certains d’entre eux.  Aussi, nous devons nous serrer un peu plus les coudes, nous unir, afin qu’il y est une école dans chaque grande ville, et non une multitude de petits projets.

Enfin, j’ai une profonde admiration et un grand respect pour tout ces parents qui se battent depuis des années pour ouvrir une nouvelle école musulmane. Un grand respect également, à toutes les mamans qui font l’école à la maison.