Comment peut on apporter un regard bienveillant à notre enfant ?

Bismillah. Depuis quelques mois, je m’intéresse beaucoup aux neurosciences (la science du cerveau), afin d’aider mon fils au mieux. A travers mes différentes lectures, je commence à comprendre que les premières années de l’enfant sont très importantes pour déterminer son caractère et son comportement. Heureusement, il n’est jamais trop tard, pour changer. Nous pouvons reprogrammer notre cerveau, quel que soit notre âge. Mais cela nécessite beaucoup de travail, de patience, de persévérance et de temps. Alors le plus simple, c’est de donner à nos enfants les bons outils, dés le départ afin qu’ils soient, bi idni allah (avec la permission d’Allah), des adultes heureux, accomplis et bienveillants.

enfant

Les recherches sur le cerveau de l’enfant

Les recherches récentes sur le cerveau démontrent  que l’environnement des premières années d’un enfant peut avoir des effets qui durent toute sa vie.  Le stress précoce, la négligence et les mauvais traitements peuvent avoir des répercussions négatives sur l’enfant. Les neurosciences peuvent nous  aider à améliorer les effets négatifs de notre éducation.  Elles nous permettent également de repérer  les périodes spécifiques de vulnérabilité dû à certaines expériences et d’adapter notre comportement.

L’anatomie du cerveau

Le cerveau est divisé en trois grandes parties. Le tronc cérébral, relie la moelle épinière au cerveau supérieur. Il contrôle les réflexes et les processus involontaires comme la respiration et le rythme cardiaque. Derrière le tronc cérébral et le cerveau, au-dessous de la partie supérieure se trouve, le cervelet, qui est utile pour l’équilibre et la coordination. Les neurones et les synapses forment le câblage du cerveau.

Le cerveau traite l’information en formant des réseaux de cellules nerveuses spécialisées, appelées neurones, qui communiquent entre elles en utilisant des signaux électriques et chimiques. Ces messages sont  la base de l’apprentissage et la mémoire. Une neurone est constitué d’un corps de cellule et de structures en forme de branche.  Les messages sont transmis entre les neurones grâce à des connexions, appelées synapses.

Entre la conception et l »âge de trois ans, le cerveau d’un enfant subit d’impressionnants changements. À la naissance, il a déjà 100 milliards de neurones.  Il double de taille la première année, et à trois ans, il a atteint 80 %  de son volume de l’âge adulte.

enfant

Un neurone

Les premières expériences de l’enfant

L’activité des neurones est stimulé par les expériences de l’enfant. La répétition d’un apprentissage renforce une synapse. Celles qui sont peu utilisés peuvent être éliminés dans le processus d’élagage. Le vécu de l’enfant influe sur la façon dont son cerveau traite l’information.

L’excès de synapses produites par le cerveau d’un enfant les trois premières années rend le cerveau très malléable. Durant cette période, l’enfant a une capacité d’apprentissage plus importante que durant le restant de sa vie. Le processus d’élagage, est  un moyen pour le cerveau de parvenir à un développement optimal.

Le développement précoce du cerveau à  pour but de s’adapter, à différentes situations. Les expériences ont un fort potentiel  d’affecter la croissance du cerveau. Les enfants sont particulièrement vulnérables aux influences négatives répétées, au cours de ces premières années. Enfin cette période est une opportunité pour les parents, de construire les  premières expériences positives de leur enfant. Ces dernières auront un énorme effet pour l’enfant, sur ces chances de réussite, de succès et de bonheur.

 

Dans la vidéo, ci-dessous, Catherine Gueguen, nous explique comment l’éducation bienveillante permet à l’enfant de s’épanouir dans sa vie affective. Elle est pédiatre, conférencière et auteure. Elle soutient la parentalité positive et elle a été formée à la communication non violente et à l’haptonomie.

 

 Et si on changeait de regard sur l’enfant (Catherine Gueguen)